Vous avez dit: un été pourri?

Photo [c] Robert Genicot

Beaucoup de monde sur les plages.
Photo [c] Robert Genicot

Après un printemps vraiment pas de saison, certains météorologues prédisaient le pire des scénari pour l’été. N’étant pas dans le secret des Dieux, nous devions nous attendre à sortir parapluie, veste en ciré ou autres accessoires pour se prémunir des averses, et autres catastrophes climatiques. Eh ben, non, rien de tout cela, et hormis quelques orages ici et là, on doit constater que le mois de juillet fut plus qu’ensoleillé. Personne ne pourra s’en plaindre, et surtout pas le secteur Horeca des lieux touristiques. Certes, nous n’en sommes qu’à la moitié de l’été, mais quelle moitié. D’après les statistiques météos, le mois de juillet fut le plus chaud, en Belgique, et donc en Europe, depuis belle lurette.  On nous annonce encore une dizaine de jours dans la canicule, mais attention au retour du temps de « saison ».

 Avec ces températures tropicales, nous avons aussi constaté l’arrivée des méduses, sur la Côte belge. Désagréable pour les baigneurs, mais aussi assortie de nombreuses piqures. Rien que pour une journée, plus d’une centaine d’interventions des secouristes dans la cité balnéaire d’Ostende. Pas de gravité, mais une sensation de brûlure, fortement dérangeante. Les soins prodigués sont en quelque sorte basiques, puisqu’un rinçage à l’eau de mer, un peu de sable et une pommade désinfectante suffisent généralement à dissiper cette sensation de brûlure. Néanmoins, on s’en passerait bien.

Chaleur quand tu nous accables

Cette fin de semaine voit également le grand chassé-croisé des retours et départ. Que de problèmes en perspectives. Pour certains le stress de devoir revenir vers la vie active, après quelques semaines de farniente, pour d’autres l’angoisse de partir vers des lieux de détente, sans encombre. Pour rien au monde, les vacanciers ne voudraient donner leur place. On les comprend, bien qu’il existe des alternatives aux voyages en voiture. Mais bon, cela est une autre histoire.

Pas habitués à ces températures dans nos contrées, énormément de gens en souffrent. Les nourrissons, enfants ou personnes âgées, le calvaire est parfois intense, et le retour à la normale sera grandement apprécié. Surcroit de travail donc, pour les services de secours, et aide à domicile, avec toujours la même préoccupation, bien hydrater les patients. Dans ce cas, faisons confiance aux spécialistes, et la canicule de 2003 semble avoir porté ses fruits. Et c’est temps mieux ainsi. En attendant tout cela, nous vous souhaitons en beau mois d’août. Vive les vacances…

The following two tabs change content below.
Robert Genicot
Blogueur d'Europe, blogueur du Monde, curieux mais pas toujours d'accord avec cette Europe, ni ce Monde... Ostende, Belgique, je vous invite... Venez nombreux, vous ne serez pas déçus.

3 réflexions au sujet de « Vous avez dit: un été pourri? »

    • Bonjour, il n’y a pas de quoi s’étonner… Si vous auriez du -20°, vous le seriez également. Ici, en Europe de l’ouest, les températures varient entre 0 et 20°, suivant les endroits certes, mais lorsque cela dépasse les 25°-30°, on étouffe, et lorsque le thermomètre chute sous le zéro, voir -10°, -20°, cela se ressent aussi. Bonne journée. Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *