L’austérité en question

European Parliament – par Tredford04

Ce mercredi 14 novembre toute l’Europe se mobilise pour une journée contre l’austérité. Manifestations, grèves, actions diverses, tout le monde semble vouloir se réunir sous un même mot d’ordre: lutter contre la vie chère, celle qui pousse des personnes à commettre l’irréparable. Bruxelles, capitale de l’Europe connaîtra un grand rassemblement organisé par la CES (Confédération européenne des Syndicats). Mais quels sont les risques de l’austérité dans nos civilisations?

On le constate tous les jours, les prix ne font qu’augmenter. Le panier de la ménagère pèse de plus en plus lourdement sur les budgets des ménages. De plus en plus de familles ne peuvent terminer le mois, dans des conditions dignes. Certains, au bout du rouleau, passent à l’acte du non retour. Cela se voit dans des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie ou encore l’Irlande (même si on en parle moins), et pourrait s’étendre aux contrées soi-disant « plus riches ». L’Europe semble avoir fait plus de dégâts que de bien. Cette journée devrait marquer le « ras le bol » des européens, en espérant être entendus par les instances dirigeantes de cette Union, qui peine à s’unifier.

Dans un contexte difficile, certains -comme les syndicats- n’hésitent pas à lancer l’idée que cette austérité contribuera à menacer la démocratie. Base incontournable de l’Europe, on ne peut imaginer voir nos pays quitter ce mode de fonctionnement, et se tourner vers ce contre quoi nos anciens se sont battus. Certes, mais dans les faits on constate des révolutions un peu partout. Car, entre nous, le « Printemps Arabe » pourrait très bien devenir « l’Automne Européen ». Nous n’en sommes pas très loin.

La Grèce au bord du gouffre, et c’est peu dire. L’Espagne confrontée à la pire crise depuis Franco. Deux exemples faisant le tour des télés, mais en y regardant de plus près, d’autres pays du Sud (Italie, Portugal) ne se portent pas mieux, et sont au bord de l’implosion budgétaire. Et puis, se trouve la Belgique. Pas brillant non plus. Un « trou » de plus de 3 milliards d’€, pour un budget 2013. Et comment trouver cet argent? Tout naturellement, pour le gouvernement, sur le compte des habitants. C’est à dire, augmenter la TVA (taxe sur la valeur ajoutée des produits et services), ou encore appliquer un saut d’index (les salaires étant indexés), ce qui ferait augmenter les recettes de l’État, mais contribuerait aussi à la « non-relance » de l’économie.

L’Europe va mal, on ne peut se le cacher. L’Europe doit prendre des mesures, mais ne peut se suicider. Pendant ce temps, cette même Europe se plie en quatre pour sauver les banques, et tout ce système qui fit tellement de dégâts ces dernières années. L’Europe est à un tournant de son Histoire, à elle d’en tirer les conséquences, et entendre le signal fort des européens.

A lire sur le même sujet:

Les syndicats européens vent debout contre l’austérité

A Bruxelles, les dirigeants de la zone euro tentent de trouver des solutions pour la Grèce

The following two tabs change content below.
Robert Genicot
Blogueur d'Europe, blogueur du Monde, curieux mais pas toujours d'accord avec cette Europe, ni ce Monde... Ostende, Belgique, je vous invite... Venez nombreux, vous ne serez pas déçus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *