Chez nous, Monsieur, on ne parle pas Français

Une friterie mobile en Overijse, par Wouter Hagens (Wikimedia Commons)

Une friterie mobile en Overijse, par Wouter Hagens (Wikimedia Commons)

La dernière histoire belge vient de sortir, avec la demande express – ou plutôt, formelle et militaire – d’un échevin (adjoint au maire) d’une ville de Flandre – Courtrai (Kortrijk), pour ne pas la citer – envers un entrepreneur voulant ouvrir son commerce dans les prochains jours. Ce brave homme décida de s’en sortir, au vu de la crise, par l’agencement d’une « friterie » (fleuron belge, s’il en est) où l’on pourra déguster des frites, en sachet ou barquette, avec sauce et fricadelle (nom qui vient de recevoir les honneurs du dico Le Robert). Mais là ou le brave homme pensait bien faire, il reçu les foudres de la guerre… linguistique d’un élu du parti nationaliste flamingant, la NV-A, qui est en charge de l’économie et du commerce dans la ville. Continuer la lecture

Educateurs flamands, laissez nos enfants parler français !

Dernièrement, on apprenait que certaines écoles en Belgique punissaient des élèves, car ils parlaient une autre langue que le flamand dans les cours de récréation. La Flandre, au nord de la Belgique, affiche de plus en plus son indépendance, du moins son désir de promouvoir la langue de Vondel. Les élèves concernés s’exprimaient en turc ou en marocain, et on peut penser que ces punitions ne concernaient que des écoles de la périphérie bruxelloise, situées en région flamande. Pas si sûr ! Nous avons vécu, le long de la côte belge, une situation identique, non pas avec des punitions mais avec des avertissements pour les enfants qui voudraient s’exprimer en français. Continuer la lecture