La Belgique, grand centre commercial du tabac

La Belgique serait-elle devenue la plaque tournante du trafic de cigarettes de l’UE? Un trafic, non, mais bien l’endroit idéal pour faire de bonnes affaires, côté consommateurs de tabac en tout genre. Les prix pratiqués dans les pays limitrophes font qu’il vaut mieux faire quelques kilomètres pour s’approvisionner, que d’acheter au bar-tabac du coin.
Nous devons bien reconnaître qu’une différence d’un €, voir deux, ou même le double du prix sur un paquet de cigarettes fait réfléchir. Certes, les plus avantagés reste les habitants frontaliers, mais pas uniquement. Pour d’autres, un peu plus éloignés, même le prix d’une traversée de la Mer du Nord donne des idées et des résultats. Pour ce qui est d’Ostende, la pratique fut abandonnée avec la disparition des bateaux « rapides » (les SeaCat) reliant Douvres à la cité balnéaire. Mais cela n’arrête pas les « passeurs ». Voici quelques années, il n’était pas rare de rencontrer des Anglais à la descente des navires, traverser la place de la gare, entrer dans le premier tabacco shop venu, et remplir des sacs de voyage de la précieuse matière. Maintenant, ces adeptes font le voyage vers Calais (encore plus rapide), et prennent le bus pour se rendre dans les dites boutiques de la frontière belge.

Il faut savoir que le marché des ventes de cigarettes, en Belgique, à augmenté de plus d’un tiers en une année, et de 45% pour le tabac à rouler. De là à considérer le pays comme exportant le cancer en Europe, il n’y a qu’un pas que professionnels de la Fondation contre le Cancer franchissent allégrement (Voir la très belle enquête de nos confrères du Soir, en date du 19 octobre 2012). Mais si le prix peut résigner certaines personnes, surtout en période de crise, à arrêter de fumer, pour d’autres il n’en est pas question. Ce qui fait les beaux jours des magasins situés sur la frontière franco-belge, du côté de La Panne. La plupart viennent de le France toute proche, mais surtout d’Angleterre. L’Eurotunnel aide bien évidemment ces accrocs, mais un commerce s’y installe également. Il ne faut pas croire qu’il s’agit de consommation personnelle, on trouve également des « passeurs » de cigarettes, par fardes complètes. En fait, le prix d’une cartouche, en moyenne, est de 36 € en Belgique, alors qu’elle coûte 65 en France, et … près de 100€ en Grande-Bretagne. il n’y a vraiment pas photo.

Un témoignage fait état d’un voyage de plus de 1.000 km pour s’approvisionner en tabac, avec encore du bénéfice. Les sommes dépensées s’expriment en centaines d’euros (minimum 500, pour les « pros »). D’autant que ce marché devient florissant pour d’autres acteurs, que les patrons de magasins et les consommateurs. En effet, des compagnies de transports attirent les clients par des « voyages organisés », au départ de l’île. Un aller-retour coûte en moyenne 50€, par personne. Le calcul est rapidement fait… Sans compter l’apport pour l’État, grâce aux taxes faramineuses dont le tabac est soumis.

Comme le disait un ami (ce n’est pas beau de parler à la première personne…), si on veut vraiment lutter contre le cancer du tabagisme, il faut simplement interdire les ventes de tabac. Mais là se posent les problèmes des rentrées gouvernementales et d’emplois (plus d’une trentaine de magasins, sur quelques centaines de mètres, du côté d’Adinkerke).

Source photo: Nord Eclair.be

The following two tabs change content below.
Robert Genicot
Blogueur d'Europe, blogueur du Monde, curieux mais pas toujours d'accord avec cette Europe, ni ce Monde... Ostende, Belgique, je vous invite... Venez nombreux, vous ne serez pas déçus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *